Quand j’ai commencé à faire mes recherches pour cet article, je me suis rendue compte qu’il y avait tellement à dire qu’il serait affreusement long ! J’ai donc décidé de vous le couper en plusieurs morceaux, ayant chacun un thème différent mais suivant un fil rouge qui sera le contrôle.

Aujourd’hui, j’aimerais revenir avec vous sur ce qu’est réellement le contrôle et sur ce qu’il apporte à nos vies.

Vous êtes dans le contrôle quand vous vous concentrez sur le but que vous vous êtes fixé mais aussi sur le moyen d’y arriver, celui que vous avez choisi comme étant le bon et qui n’est pas remplaçable. Lorsque les choses ne se passent pas comme prévu, vous en éprouvez des émotions inconfortables comme de la colère, de l’anxiété, un sentiment d’injustice, etc.

Au contrôle, nous pouvons opposer la maîtrise. Vous vous concentrez sur le but sans vous focaliser sur les moyens qui vous permettront d’y accéder. Vous êtes ouvert à toutes les possibilités en étant attentif à ce qui est présent et en l’acceptant. Vous mettez quand même toute votre énergie pour arriver à votre but mais vous n’êtes pas attaché aux stratégies qui vous permettront d’y arriver. C’est ce qu’on appelle également le lâcher-prise.

Attention ! Lâcher-prise ne signifie pas laisser-aller. Lâcher-prise signifie accepter ce qui est et faire avec, c’est avoir confiance en soi et se dire que, quoiqu’il advienne, je saurai y faire face. Le laisser-aller est tout simplement de la résignation. D’ailleurs, il est rarement accompagné d’une acceptation.

En haut de la falaise, on se croit le roi du monde

Le contrôle, une illusion de pouvoir qui nous coupe du monde

Voici un petit exemple pour illustrer ces différents concepts :

Je suis dans un régime restrictif, ce qui signifie que je m’interdis les aliments qui me feraient craquer et que je fais très attention à ce que je mange. Mais, malheur, je suis invitée à un dîner où il y aura un apéritif et des hors d’œuvre, une entrée, un plat et un dessert ! Qu’est-ce que je vais faire :

Si je suis dans le contrôle : je me fais des plans à l’avance et je prévois ce que j’aurais le droit de manger, je préviens à l’avance que je suis au régime et que je ne peux pas manger comme tout le monde ou j’essaie de m’informer à l’avance du menu pour me préparer, je ramène mon propre repas ou je décide carrément de ne pas y aller.

Si je suis dans la maîtrise ou le lâcher-prise : j’accepte le fait que je veuille y aller et que je suis anxieuse à l’idée de transgresser mon régime, j’ai peur de reprendre du poids et que ça soit encore plus dur de retourner à mon régime le lendemain. Je me fixe un but : je profite de la soirée et je mange jusqu’à ce que je n’ai plus faim.

Si je suis dans le laisser-aller : je sais que ma journée de régime est perdue, je mange de tout en quantités maximales. On reconnais cet état aux phrases « foutu pour foutu », « je mange à me faire exploser le ventre ». Le laisser-aller est d’ailleurs un faux lâcher-prise car très souvent le contrôle revient dès le lendemain, encore plus sévère.

Sauter d'une falaise, est-ce lâcher prise ?

Lâcher-prise ou laisser-aller ?

Comment savoir si je suis dans le contrôle ?

Plusieurs indices peuvent vous mettre la puce à l’oreille. Si vous planifiez, c’est que vous cherchez probablement à contrôler quelque chose. Vous ne savez pas seulement ce que vous voulez mais également de quelle façon ce doit être fait ou quel chemin il faut prendre pour y arriver. Si l’imprévu génère des émotions inconfortables et déstabilisantes (anxiété, colère, peur, etc.), vous étiez probablement dans le contrôle. Si vous essayez de convaincre quelqu’un de faire ce que vous voulez (que ce soit pour son bien ou pas) ou de lui expliquer comment faire telle chose alors qu’il ne vous a rien demandé ou si vous dîtes « je veux que ce soit fait à ma façon » même si cela vous oblige à travailler seul. Vous pouvez aussi sentir des tensions dans votre corps lorsque vous êtes dans le contrôle, vous êtes prêt(e) à « faire des pieds et des mains », à « vous battre contre vents et marées » pour avoir ce que vous voulez.

En quoi est-ce mal d’être contrôlant ?

En soit, ce n’est pas mal d’être contrôlant. Mais ne pas l’être vous apportera un plus grand confort de vie. Car le contrôle est une illusion qui demande des efforts constants et fatigants. Il n’empêche pas les imprévus d’arriver ni d’être moins contrariants. A force de lâcher-prise, vous deviendrez plus souple avec vous-même, avec les autres et face aux imprévus. L’exigence que vous aurez ne sera pas la même, elle sera plus détendue. Vous serez moins stressé, angoissé ou contrarié dans votre vie quotidienne. La vie vous semblera plus belle et pleine d’aventures que vous prendrez avec le sourire. Vous serez plus vous-même et les autres pourront être eux-mêmes en votre présence. C’est un cadeau que vous pouvez vous faire si vous le désirez.

Comment ne plus être contrôlant ? (ou l’être moins)

En transformant le contrôle en maîtrise en lâchant prise sur les stratégies nécessaires pour arriver à votre but. Le maître-mot est le lâcher-prise et nous verrons comment y arriver la semaine prochaine !

Catégories : ArticlesTrucs et astuces

Sarah

Nutritionniste sur Bruxelles, Uccle et Ixelles, j’aime partager mes connaissances et vous aider à en savoir toujours plus sur l’alimentation et la nutrition

Ajoutez votre grain de sel !