Dès que j’entends un patient me dire « je fais attention à ce que je mange », je ne peux pas m’empêcher d’être inquiète (mais je le cache très bien). Car cette simple phrase peut vouloir dire beaucoup de choses et elle n’est pas souvent de bon augure.

Pour la plupart des gens, qu’est ce que veut dire « faire attention » ? C’est très simplement éviter ce qui est gras et/ou ce qui est salé et/ou sucré, etc. Et l’on rentre alors dans un domaine rempli de croyances plus ou moins fondées dictant au monde quelle est la « bonne » façon de manger, surtout quand il s’agit de perdre du poids. J’ai entendu toutes sortes de choses, souvent contradictoires, et si je devais toutes les répertoriées, vous vous rendriez compte que tout ça n’a aucun sens. En voici quelques unes :

-Boire un grand verre d’eau au début du repas permet de manger moins (et donc de perdre du poids)

-Ou au contraire qu’il ne faut pas boire pendant les repas car ça fait gonfler le ventre.

-Ou encore que manger chaud le matin (donc très souvent salé) permet de perdre du poids ou encore qu’il ne faut pas manger de féculents le soir.


femme-mange-soupe

Toutes ces croyances entraînent des comportements qui ne sont plus basés sur vos sensations. Vous allez vous forcer à prendre un petit-déjeuner alors que vous n’avez pas faim, à manger une salade alors que vous rêviez de frites, une soupe au lieu d’une tartine bien croustillante… C’est ainsi que l’on devient un mangeur restreint. Comment reconnait-on un mangeur restreint ? Il se laisse guider par ses croyances plutôt que par ses sensations alimentaires. Il mange avec sa tête (je mange 30g et c’est tout) et non avec son ventre (je m’arrête quand je n’ai plus faim). Quelles en sont les conséquences ? Une difficulté à perdre du poids ou le fameux « effet yo-yo » : dès que j’arrête de faire attention, je mange n’importe quoi donc je dois faire attention à nouveau pour perdre les quelques kilos en surplus. En plus, cette méthode vous met dans un état de restriction qui va vous faire « craquer » à un moment ou un autre (ex : je mange une tablette entière de chocolat) puis culpabiliser. Et avec le temps, les sensations physiques comme la satiété disparaissent. C’est un cercle vicieux !

Et pourtant la solution est toute simple : faire attention à ce que vous mangez !

Non, je suis pas devenue folle 😉 Il suffit simplement de prendre cette phrase dans un autre sens. Faites attention à ce que vous mangez. Ne mettez votre attention que sur ce que vous mangez. Admirez, dégustez, éteignez la télé ou l’ordinateur, écoutez votre faim et votre satiété, soyez attentif au plaisir procuré. Tout simplement.


homme-mange-japonais

Cette façon de faire peut sembler farfelue ou même difficile à mettre en place. Pourtant, c’est principalement grâce à cette technique que j’aide les personnes qui ont besoin de perdre du poids. Mais ça peut demander un peu de temps car beaucoup d’aspects entrent en compte : les sensations corporelles, les croyances alimentaires, les émotions qui font manger, l’image que l’on a de soi et qu’on ne veux pas forcément quitter, la peur et l’anxiété. Voilà pourquoi j’utilise également des méthodes non nutritionnelles comme la sophrologie ou la communication non violente. Mais n’étant pas une professionnelle dans ces domaines, je n’hésite pas non plus à conseiller des collègues spécialisés à mes patients. Je pense vraiment qu’une approche pluri-disciplinaire est ce qu’il y a de mieux, dans la perte de poids comme dans plein d’autres domaines.

Et vous, avez-vous des croyances alimentaires ? Elles sont très simples à reconnaître, elle commencent par : je dois/il faut/je devrais et leurs formes négatives. Arriveriez-vous à fixer votre attention uniquement sur ce que vous mangez ? Dîtes-moi tout en commentaires !

Catégories : ArticlesTrucs et astuces

Sarah

Nutritionniste sur Bruxelles, Uccle et Ixelles, j’aime partager mes connaissances et vous aider à en savoir toujours plus sur l’alimentation et la nutrition

Ajoutez votre grain de sel !